Monsieur W


M. W est un homme de la quarantaine et disons, de classe moyenne. Plutôt bas que haut, il vit dans le métro.
Lorsqu’il tend la main, c’est pour inspecter des billets de train. Mais les regarde de haut, ce n’est pas ce qui vaut…
Son bonheur à lui se trouve dans ses joues flasques et molles, qui au premier abord le font paraître gros…
Les railleries, il les entend depuis toujours, mais il sait que ce sont ses joues qui font toute la grandeur de son souffle.
Il joue des cuivres…
Ses petits doigts agiles courent de touche en touche. Mais le plus impressionnant se passe autour de la bouche, lorsque la peau se tend, se gonfle, se lisse, s’affine devient enfin translucide et laisse entrevoir son monde, le moment d’un souffle, alors…
Il joue des joues.
C’est pendant les fêtes, celles de fin d’année, où il exerce pleinement son art : la R.A.T.P lui offre ses galeries ; du trafic, il tire son public.
Les va ou bien les vient, des passants font de M. W à ce jour un homme comblé.
Car grâce à ses bajoues, il peut souffler de tout son cœur dans son métier de souffleur.
Publicités
Cet article a été publié dans Ici quelques histoires courtes.... Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s